Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 06:35

 

 

 

 

Très bon petit roman japonais qui se déguste comme un bon thé.

 

 

Aucune prétention littéraire mais une belle histoire comme les japonais les aime, ce n'est pas drôle, ce n'est pas triste, c'est l'histoire d'une jeune femme qui apprend à accepter sa vie, aidée de sa passion, la cuisine, elle vit et retrouve un sens à son existence.

Elle décide d'ouvrir un restaurant, une seule table chaque soir, un seul menu, elle s'inspire la veille en recevant ses futures convives et ensuite imagine et créé un menu sur mesure, qui va réveiller tout un tas d'émotions enfouies, du jeune couple amoureux à la famille qui s'apprête de dire au revoir à leur aîné, Rinco arrive à faire de ce repas un moment unique et magique.

 

Avec une atmosphère typiquement japonaise, ce roman doux et drôle est un moment hors du temps, comme un rêve ..

 

Il a connu beaucoup de succès au Japon, il a même été adapté au cinéma par Mei Tominaga.

 

 

" Mon restaurant, je voulais en faire une endroit à part, comme un lieu déjà croisé mais jamais exploré. Comme une grotte secrète où les gens, rassénérés, renoueraient avec leur vrai moi. "

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gagaie 17/02/2015 14:19

Un petit livre fort intéressant, merci pour les références. ;)

Jackie 12/02/2015 14:03

Il y a un auteur japonais que j'aime par dessus tout c'est Sosêki, Cet auteur m'a été conseillé il y a longtemps par mon fils, spécialiste en littérature japonaise, mais ton petit roman me plait je
vais acheter le livre. Bisous

Carotte 12/02/2015 16:37



merci ! je note, se sera donc dans mes prochaines lectures !



mamylor 12/02/2015 09:35

ce petit résumé donne envie de le lire,
en faisant du rangement j'ai retrouvé un bouquin "charlotte et Millie" envie de le relire, ....
bisous bonne journée

Présentation

  • : Le blog de Carotte
  • Le blog de Carotte
  • : "La cuisine ne se mesure pas en termes de tradition ou de modernité. On doit y lire la tendresse du cuisinier "
  • Contact

Recherche